Selon une étude, les parents d’élèves ne seraient jamais contents de l’enseignant de l’année précédente

Ce qui semblait être un épiphénomène est en fait un véritable mouvement généralisé, repérable à chaque mois de septembre. Explications.

« On assiste chaque année au même comportement, explique Sonia Reynaud, auteure d’une étude qui vient de paraître à ce sujet, les parents d’élèves profitent de la réunion de rentrée ou du premier rendez-vous individuel pour marquer leur mécontentement quant au travail du professeur de l’année précédente ». Selon cette psychosociologue, les parents reprochent toujours à l’enseignant qui a eu leur enfant en classe avant l’été de ne pas avoir terminé le programme, d’avoir privilégié une matière plus qu’une autre ou de ne pas organiser suffisamment de sorties scolaires.
Dans son ouvrage, Sonia Reynaud cite l’analyse de Madame et Monsieur Langevin, les parents de la petite Solène, qui affirment : « Comme par hasard, l’année dernière elle avait toujours tout faux sur son cahier en classe, alors qu’à la maison elle y arrivait tout le temps. C’est quand même bien qu’il y avait bien un problème avec la maîtresse non ? ».

Sur un plan plus personnel, une majorité de parents d’élève fait remarquer que l’ancien professeur « s’en prenait toujours à lui alors qu’il n’avait rien fait », allant jusqu’à évoquer « que de toute façon il ne l’aimait pas parce qu’il bouge tout le temps en classe mais bon en même temps, il est encore petit alors c’est normal ».
L’étude montre également que ces avis ne sont pas isolés : « Il y a d’autres parents qui pensent pareil que nous sur la maîtresse de l’année dernière parce que faut voir ce que les enfants racontent mais on ne peut rien dire parce qu’on n’est pas les seuls à penser ça, vous voyez ce que je veux dire ».

Sonia Reynaud prend du recul sur ce comportement du mois de septembre, qu’elle qualifie de « ritournelle annuelle ». Si elle reconnaît le caractère pénible de ses remarques pour les enseignants, elle conseille pendant l’entretien une écoute passive, tout en plaçant l’index légèrement courbé sous la lèvre supérieure, accompagné d’un léger hochement de tête. Mouvement à répéter plusieurs fois en marmonnant quelques « Han han », et qui devra vite être suivi d’un « Et sinon avant de se quitter, vous avez des questions ? ».

Un conseil à suivre donc, en attendant d’en découvrir d’autres dans les futures études menées par Sonia Reynaud sur le comportement des parents pendant l’année scolaire. La psychosociologue prépare actuellement deux nouveaux volumes : « Ces parents qui commencent à fayoter en juin le prof de l’année suivante » et « Ces parents qui ne t’adressent plus un bonjour, pas même un regard, quand tu n’as plus leur enfant en classe.« 

⇒ Avis de recherche. Pour une prochaine publication, nous recherchons des jouets moches, hideux, effrayants ou vieux vus à l’école. On t’attend par mail ou Messenger.

Rejoins-nous sur Facebook (clique sur J'aime) et invite tes amis (clique sur Partager)

On est POUR DE VRAI en librairie !


Neuf: EUR 11,95 EUR En stock
buy now
Votre commentaire avec Facebook

1 COMMENTAIRE

  1. c’est pourquoi j’essaie au maximum de garder mes élèves …. impossible de me dire « mais l’année dernière, ça se passait pourtant bien avec la maitresse…. » gnap !
    vive les petites écoles de campagne !

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here