ParentsProfs le Mag
Révélation : Les enseignants devront faire pipi assis

Révélation : Les enseignants devront faire pipi assis

Une obligation mise en œuvre très prochainement.

Santé. Le ministère de l’Education nationale doit annoncer dans les jours qui viennent une nouvelle mesure dans le cadre des gestes barrières à l’école. Selon nos informations exclusives, les enseignants devront obligatoirement s’asseoir sur la cuvette des toilettes pour uriner.
Avec cette nouvelle consigne, le ministère souhaite ainsi lutter contre la propagation du Coronavirus, mais pas seulement.

Ceci s’inscrit dans une démarche plus générale souhaitée par le ministre, déclare Patrick Placard, délégué à la communication rue de Grenelle. Après les évaluations nationales, la méthode syllabique, la dictée quotidienne, nous souhaitons poursuivre dans le sens de la prescription forte, car nous aimons l’idée de dicter aux professeurs ce qu’ils doivent faire.”

Les équipes pédagogiques dans les établissements seront accompagnées dans la mise en œuvre de ce nouveau dispositif intitulé : Pour des latrines de la confiance. Les écoles en Réseau d’Education Prioritaire bénéficieront d’un principe de toilettes dédoublés, ainsi que plusieurs journées de formation sur les bonnes conduites et les pratiques à éviter.

Dans les jours qui viennent, les professeurs seront destinataires d’un guide intitulé Pour faire pipi assis aux cycles 2 et 3. La version pour le collège et le lycée sera disponible un peu plus tard. “L’écriture du contenu est peu plus ardue, nous explique Patrick Placard, notamment à cause des agrégés qui veulent toujours être ceux qui pissent le plus loin.”

Une consigne qui n’est pas du goût de tous. Les premiers grincements de dents commencent à se faire entendre. Notamment chez les Inspecteurs de l’Education nationale qui seront chargés par le ministre d’évaluer auprès de chaque enseignant la mise en œuvre de ce dispositif.

INSCRIS-TOI AU CLUB PARENTSPROFS

Toute l’actualité de ParentsProfs dans ta boîte mail
Garanti sans spam et sans circulaire académique
Tes réactions