ParentsProfs le Mag
Où placer Enzo, cet élève un tantinet pénible ?

Où placer Enzo, cet élève un tantinet pénible ?

« Au fond de la classe » Surtout pas. Enzo attend de toi que tu agisses de la sorte. Il en profitera pour passer ses journées à bavarder et à ne rien faire. En gros comme les deux employés des services techniques dans la commune où tu bosses qui ont mis deux heures hier à changer un […]

« Au fond de la classe »

Surtout pas. Enzo attend de toi que tu agisses de la sorte. Il en profitera pour passer ses journées à bavarder et à ne rien faire. En gros comme les deux employés des services techniques dans la commune où tu bosses qui ont mis deux heures hier à changer un néon. Mauvaise idée. Oublie.

« A côté du premier de la classe »

Tu crois encore en l’influence positive et à la transmission de la valeur travail bleu-bite ? Oublie. Enzo est un prédateur qui ne fera qu’une bouchée de la petite Maélys, dont les parents voudront savoir pourquoi tu as placé leur petit bébé à côté de ce coupe-jarret en herbe. « Elle ne peut pas se concentrer la pauvre. Elle va finir en échec scolaire. C’est toujours comme ça que ça se passe. Je le sais, je suis prof en collège ». Mauvaise idée. Oublie.

« Entouré d’élèves sérieux »

Y’a de l’idée. Tu progresses. Mais ne fais confiance à personne. Ceux que tu crois être tes alliés peuvent se révéler en cours d’année de véritables félons. Une simple baisse de régime, et Enzo aura tôt fait de les enrôler dans sa spirale infernale. En quelques jours, il y aura plus de bruit dans cette partie de la classe quand dans un conseil d’école. Telle cette fameuse fois où la présidente des parents d’élèves reprochait à l’adjoint chargé des affaires scolaires de ne pas encore avoir tranché sur la douloureuse question de la minuterie devant la porte de la garderie. Mauvaise idée. Oublie.

« Chez le directeur »

C’est expéditif. Tranché. Trop tranché. Le faire sortir de la zone de combat n’est pas digne de toi, soudard. Affronte Enzo les yeux dans les yeux. Sauf si tu es inspecté bien sûr. Parce qu’une augmentation d’échelon ça n’a pas de prix. Sinon, mauvaise idée. Oublie.

« Devant le tableau »

Bien vu troufion. Tu peux facilement contrôler tous les faits et gestes de ton adversaire. Mais attention : les places sont chères. Cette zone stratégique communément appelée « devant le tableau » est très prisée des parents possessifs, angoissés, ou pire, travaillant dans l’enseignement ou le médico-social. Dès le début de l’année, tout le monde voudra placer son rejeton devant le tableau, et tu n’as que cinq places. Alors à toi de jouer deuxième pompe : mets la fille de l’infirmière scolaire à côté du radiateur et place Enzo devant toi. Devant le tableau. En pleine lumière. C’est là qu’est la place d’Enzo.

Tu rejoins ainsi Philippe Meirieu, qui explique dans son ouvrage Le plaisir d’apprendre (Editions Autrement, 2014) :  « Ma conviction est faite et je n’en démordrai pas : dans la course effrénée que vivent nos enfants (…) la découverte du plaisir d’apprendre reste l’acte fondateur de toute éducation. Placer un élève en difficulté devant le tableau signifie replacer le plaisir au cœur des apprentissages. Et en plus si vous pétez en classe, vous pourrez l’accuser ».

Tes réactions