ParentsProfs le Mag
Où je cherche un sens à mon métier dans la série Friends et une boîte de vache qui rit

Où je cherche un sens à mon métier dans la série Friends et une boîte de vache qui rit

Pap Ndiaye, ministre de l’Education nationale, souhaite redonner du sens au métier d’enseignant.

Il y a quelques jours, lors d’une réunion, j’écoute mon inspectrice parler. Plus exactement, je fais semblant de l’écouter. Faussement concentré sur ce qu’elle raconte avec ferveur, je m’intéresse davantage à son collier composé de minuscules perles de bois multicolores. Une avalanche de questions me tombent dessus. Parmi elles : A-t-elle délibérément acheté ce truc en toc ? Est-ce un cadeau de son ancienne conseillère pédagogique qui a voulu se venger avant de démissionner ? Et surtout, qui aujourd’hui à part une fonctionnaire de l’Education nationale, peut se parer d’un collier tout droit sorti d’un atelier perles en maternelle ?

Frétillante du bijou, mon inspectrice nous présente ce qui s’annonce déjà comme “un véritable évènement”. Aux Etats-Unis, “un véritable évènement” est par exemple le Super Bowl animé sur scène par Rihanna, 150 danseurs autour d’elle. A l’Education nationale, « le véritable événement » de l’année scolaire est la mise en place du livret de parcours inclusif présenté par mon inspectrice, 80 boules en bois autour du cou. Trois heures de réunion pour apprendre qu’on n’a pas plus de moyens pour développer l’école inclusive mais qu’on a maintenant une application en ligne pour y balancer des document. Moi aussi j’avais les boules.

Alors que mon inspectrice nous explique devant son Powerpoint qu’il est possible d’insérer un fichier en cliquant sur insérer un fichier, je me souviens de la série Friends et plus particulièrement de cet épisode où Rachel, Phoebe et Joey comprennent que Monica et Chandler sont en couple depuis plusieurs mois. Rachel a cette réplique culte : “Ils ne savent pas qu’on sait qu’ils savent qu’on sait !
En face du Powerpoint, mal assis sur ma chaise, j’ai pensé la même chose : “Elle ne sait pas qu’on sait qu’elle sait qu’on n’y croit plus”.
En fait, l’Education nationale, c’est cet épisode culte de Friends où chacun sait mais ne dit pas à l’autre qu’il sait. Tout le monde sait qu’on ne réussira pas l’école inclusive, l’école de la confiance ou n’importe quelle autre école du turfu en insérant des pièces jointes dans une application. Tout le monde sait qu’on va droit dans le mur mais personne ne dit rien.

Plus qu’un épisode de Friends, l’Education nationale, c’est une comédie shakespearienne. L’auteur anglais écrivait : “Ce monde est un théâtre où chacun doit jouer son rôle.” Dans la salle 16 de la direction académique, nous sommes tous en représentation, chacun derrière son masque.
Mon inspectrice se fait croire qu’elle y croit et tente de me convaincre d’y croire alors que je n’y crois plus depuis longtemps mais je lui fais croire que j’y crois parce que c’est mon inspectrice qui en vérité ne croit plus du tout en ce qu’elle dit mais fait croire à sa directrice académique qui fait croire à son recteur qu’elle y croit etc. L’Education nationale, ce sont les boucles d’oreilles de la vache qui rit. Nous sommes perdus dans une mise en abyme, un puits sans fond.
Rentrée chez elle après sa longue journée de travail, dans la salle de bain, mon inspectrice se démaquille, enlève son collier. Demain, elle enfilera d’autres perles.
Stéphane Grulet.

Tes réactions