ParentsProfs le Mag
Choc : les numéros de téléphone du rectorat ont été joignables pendant 3 jours

Choc : les numéros de téléphone du rectorat ont été joignables pendant 3 jours

Pendant 3 jours, le personnel du rectorat était joignable par téléphone.

Plus de peur que de mal. La panne géante dont ont été victimes les rectorats de France est réparée ce lundi selon le ministère de l’Education nationale. “Tout est bien rentré dans l’ordre, assure Jean Caby, responsable de la communication et des saucisses cocktail rue de Grenelle, puisqu’à nouveau depuis ce matin, plus personne ne répond. »

Rappelons que mercredi, jeudi et vendredi dernier, les différentes personnes travaillant au rectorat, de la directrice des performances et des carottes râpées au délégué académique pour les sciences et pour le retour des couvercles en plastique sur les emballages de betteraves se sont mis à répondre à leurs appels téléphoniques. Tous les services ont été concernés par ce problème pendant plusieurs jours, même Monique Ranou, responsable de la division des ressources humaines et des pagnotes de fromages, qui a répondu sans discontinuer aux enseignants souhaitant connaître leur future affectation.

Si l’origine de cette panne n’a pas encore été décelée à ce jour, une cellule interministérielle a été mise en place pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Le gouvernement espère ainsi éviter que d’autres services ne soient touchés, et que l’on arrive à des situations extrêmes comme un adjoint administratif dans un conseil départemental qui décrocherait son téléphone un vendredi après-midi.

A l’Education nationale, Jean Caby assure ce matin que tous les essais ont été effectués dans différentes académies, “depuis les fixes, les portables, il n’y a plus aucune difficulté, plus personne ne répond.” Une crise majeure qui laissera toutefois des traces parmi les membres du personnel. Ainsi, Tristane Daunat, psychologue du travail et des Wraps poulet rôti tomates sauce Caesar est encore sous le choc : “Ce matin, à mon bureau, le téléphone s’est mis à sonner. J’avais envie de décrocher. Un peu comme une pulsion, une voix dans ma tête impossible à faire taire. J’ai failli fondre en larme et je me suis dit : Sois forte Tristane, sois forte. Et puis je me suis replongée dans mes mots fléchés et l’envie m’est passée. Ouf.

Tes réactions