ParentsProfs le Mag
Négocier avec son enfant : un ancien du Raid témoigne

Négocier avec son enfant : un ancien du Raid témoigne

Laurent Cousino, ex-agent du Raid, est aujourd’hui négociateur de crise. Il a fondé Bambino, un réseau de conseil en stratégie qui accompagne les parents. Ses méthodes sont redoutables. Rencontre.

Cheveux courts et costume impeccable, Laurent nous accueille dans ses bureaux parisiens d’une poignée de main ferme. « Autant vous le dire tout de suite, je n’ai aucune solution à vous donner quant à la négociation avec un enfant. Mon métier est de s’adapter à chaque situation« . Le jeune quadra accepte cependant de nous livrer ses secrets.

Prenons un exemple concret : Kevin, 6 ans, réclame en pleurant un jouet pendant que l’on fait les courses; Que peut-on faire ?
LC : La première règle est de mesurer la prise de risque. Vous devez immédiatement savoir s’il y a un risque potentiel de perdre dans ce bras de fer qui vous oppose à votre fils de 6 ans.

Comment évaluer la prise de risque ?
LC : Si Kevin veut une pochette de carte Pokemon, vous savez que vous pourrez céder. S’il attaque d’emblée en réclamant un jouet Transformers, le Super Bumblebee par exemple, vous devez rester focus. Cerner immédiatement son objectif : veut-il vraiment ce jouet, ou souhaite-t-il seulement vous faire chier, comme à peu près tous les autres jours de l’année ?

Mais comment le savoir ?
LC : N’abattez pas vos cartes trop tôt. Etablissez un dialogue avec lui en veillant à ce qu’il reste dans le caddie, pour éviter les dommages collatéraux. Jouez le bluff en lui affirmant que vous lui en avez justement acheté un le matin même, et qu’il l’attend dans sa chambre.

Une fois à la maison, Kevin se rendra compte du mensonge…
LC : Je ne dis pas que cette solution est une panacée. De retour au domicile, vous aurez sûrement à vous débarrasser de votre enfant en abandonnant vos droits parentaux et en le faisant placer dans une autre famille. En attendant vous pouvez être fière de vous, il n’a pas hurlé dans le supermarché.

Plus généralement, quelle fut votre mission la plus éprouvante ?
LC : J’ai enseigné trois jours en Moyenne Section de maternelle. Je débutais. Je n’ai même pas réussi à négocier le passage aux toilettes. Heureusement que l’A.T.S.E.M. était là. Putain de métier.

Tes réactions