ParentsProfs le Mag
Clac ta culture Les Sims

Clac ta culture Les Sims

Soul Soul !

Dans notre nouvelle rubrique Clac ta culture, on se plonge dans l’œuvre ou dans l’univers d’un artiste avec pour objectif (l’un de nous deux est prof, alors forcément fixer des objectifs, c’est une habitude) de chercher quelques informations à claquer demain. Dans ce nouvel épisode, bienvenue chez Les Sims. En compagnie de Carène Davias et Thessana Guimpier, lectrices de ParentsProfs et fans de la première heure, on se plonge dans ce jeu de simulation qui invite à gérer la vie d’un quartier et de ses habitants.

C’est quoi ? Les Sims est un jeu de simulation qui permet de gérer la vie des habitants. Par défaut Les Sims conservent un libre arbitre qui leur permet d’effectuer des actions selon leurs besoins et leur caractère. Cependant, l’option peut être désactivée. C’est donc exactement ce que Blanquer aimerait faire avec ses enseignants. Une preuve s’il en fallait une que Jean-Michel Blanquer est un joueur de Sims.

A l’origine. C’est après l’incendie de sa maison que Will Wright, le créateur des Sims qui avait déjà à son actif le célèbre SimCity, a eu l’idée du jeu. Après en avoir acheté une nouvelle, et alors qu’il achetait de nouveaux meubles, il se mit à imaginer un jeu vidéo où il faudrait construire, décorer, aménager son propre intérieur, et y faire vivre une famille.

Clac #1. Il a toujours été possible de tricher dans Les Sims pour obtenir plus d’argent. Il suffit de rentrer le code motherlode, et ce ne sont pas moins de 50 000 Simflouzes qui apparaissent sur ton compte. Le nom anglais de cette monnaie est Simoleon qui signifie en argot anglais du 18ème siècle, pièce de six pence.
Il est à noter que, dans la vraie vie. Certains ont essayé de saisir le code motherlode, motherfindemoisdifficile ou même motherfucker sur leur compte en ligne Boursomachin ou Fortuneotruc , ça n’a pas fonctionné.

Clac #2. Dans le premier opus de la série, une seconde dans le monde réel équivaut à une minute dans le jeu. C’est un peu comme dans la vraie vie : une seconde au travail te semble durer une minute, surtout le lundi.

Clac #3. Homo, hétéro, bi etc. toutes les relations amoureuses sont possibles dans Les Sims. Le magazine Slate nous raconte que les équipes de production ont dans un premier temps souhaité les relations entre personnes du même sexe, puis se sont ravisés. Un développeur embauché sur le jeu s’est vu remettre une version caduque d’un document de travail et a programmé toutes les interactions possibles entre Sims du même sexe ou pas.

Clac #4. Le premier objet implanté dans le jeu était des toilettes, propres, en bon état et avec du papier toilette. Exactement l’inverse des toilettes de l’école de ton enfant. D’ailleurs, en empêchant son Sims d’aller faire ses besoins, on provoque sa mort. En effet, on peut tuer son personnage de différentes manières, comme le priver de sommeil, de nourriture ou d’échelle de la piscine. Comment ? Simple, mets ton Sims dans l’eau, retire l’échelle et regarde-le se noyer. Bon esprit non ?

Clac #5. La langue des Sims, qui ressemble aux balbutiements d’un enfant de maternelle sortant de la sieste, est un mélange de plusieurs langues, entre autres l’ukrainien et le najavo. Elle s’appelle le Simlish. A notre connaissance, il n’y a pas de CAPES de Simlish à l’Education nationale.

Toi aussi tu as une info à claquer ? Laisse la en commentaire. Tu veux préparer avec nous le livret scolaire d’une œuvre ou d’un artiste ? Ecris-nous.

Tes réactions