ParentsProfs le Mag
Merci à la communauté Instagram de ParentsProfs
« J’ai repris le tricot » : Ces signes qui montrent que la dépression te guette

« J’ai repris le tricot » : Ces signes qui montrent que la dépression te guette

Un p’tit coup de Chablis ?

Hier, c’était le Blue Monday, le jour le plus triste de l’année. En cette période pandémique, il a même été rebaptisé exceptionnellement le Fucking Blue Monday de sa race. Virus, froid, couvre-feu et compagnie, difficile en ce moment de ne pas avoir le moral dans les chaussettes trouées. Nous avons demandé à la communauté Instagram de ParentsProfs de chercher les signes (drôles) qui annoncent doucement mais sûrement une p’tite déprime.

Je joue au bingo devant ma télé. A chaque fois que mon ministre déclare que les conditions sanitaires à l’école sont sûres, je bois un verre de Chablis. Ce n’est plus du sang qui coule dans mes veines, mais du Chardonnay.

J’en étais à un par semaine. Maintenant j’en suis à deux et je ne sens que ça me suffit pas. Je suis encore plus addict qu’avant au Nutella. Ma balance m’a testé positif au chocovid-19.

J’ai la flemme de bouger pour attraper la télécommande. Depuis une heure, je regarde le Téléshopping.

J’ai repris le tricot.

Vieux tee-shirt, pantalon démodé, je ne fais plus aucun effort vestimentaire. Comme je suis prof, ça ne se remarque pas trop, mais quand même…

J’ai tellement besoin de me détendre que je rigole même aux blagues lourdes et ringarde de mon directeur d’école : Comment s’appelle le cul de la Schtroumpfette ? Le blu-ray.

Je n’ai plus aucune dignité, ni amour propre : Je suis en combi pyjama tête de renne à 18h15.

Un élève m’a dit que j’avais un œil au beurre noir : ce sont mes cernes.

J’ai gardé la part avec la fève pour la fin. Je vis seul.

J’ai lancé un café sans mettre la tasse en-dessous de la machine. J’ai essayé de décrocher mon caddie en actionnant l’ouverture automatique sur ma clé de voiture. J’ai terminé une conversation au téléphone avec un parent d’élève en disant : Bisou ! J’ouvre les fenêtres de ma classe en pleine journée alors qu’il fait -4° dehors. Bref, en ce moment je fais n’importe quoi.

J’ai demandé à un parent d’élève s’il connaissait un bon dealer dans le quartier.

Terre brûlée au vent. Des landes de pierres. Autour des lacs, c’est pour les vivants. En allant travailler, je pleure au volant de ma voiture en écoutant Michel Sardou sur Nostalgie.

Je n’ai plus envie de rien. Ni regarder un film, ni lire un roman, ni remplir ses livret scolaires, sauf que ça c’était déjà le cas avant.

J’ai le moral à zéro, mais je me dis que ça pourrait être pire. Mon ministre pourrait m’obliger à faire sport dehors par -5°.

Je sens comme un début de dépression, mais je sais que bientôt le soleil reviendra. Des terrasses, des restaurants, un concert et des amis à la maison Bientôt, je retrouverai Le goût des autres et Le sens de la fête.

INSCRIS-TOI AU CLUB PARENTSPROFS

Toute l’actualité de ParentsProfs dans ta boîte mail
Garanti sans spam et sans circulaire académique
Tes réactions