ParentsProfs le Mag
Et c’est une bonne situation ça, ex-ministre de l’Education nationale ?

Et c’est une bonne situation ça, ex-ministre de l’Education nationale ?

Merci à Edouard Baer et Alain Chabat.

Le Canard Enchaîné nous apprend cette semaine que Jean-Michel Blanquer vient de créer son propre cabinet de conseil. Selon l’hebdomadaire satirique, en plus de ses cours de droit public qu’il assure en tant qu’enseignant à l’université, il s’est vu confier “par la direction de Veolia une mission pour créer une école des transformations écologiques.” Rappelons que Jean-Michel Blanquer connaît bien le sujet puisqu’il était ministre de l’Education nationale de 2017 à 2022. Mais c’est une bonne situation ça, ex ministre de l’Education nationale ? Voici sa réponse à notre micro.

« Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que ce sont d’abord des protocoles sanitaires, beaucoup de protocoles sanitaires où il suffit juste de se laver les mains, et peut-être, à un moment de la journée, ouvrir les fenêtres de la classe. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée… Parce que quand on a le goût du protocole sanitaire, quand on a le goût également de l’enseignement à distance même si rien n’est prêt, ou du beau geste effectué lors d’une danse dans une école parisienne, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face, je dirais, l’enseignant qui comprend votre projet et qui vous aide à avancer.

Alors ce n’est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu ; et je dis merci à l’Elysée, je lui dis merci, je chante l’Elysée, je danse sur une plage à Ibiza, je saute sur une marelle, je joue à chifoumi. Je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir ce poste de professeur d’université et cette entreprise de conseils ? », eh ben je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour, de l’amour du réseau et des relations, de l’amour de ceux qui peuvent me servir, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à ouvrir un cabinet de conseils, mais demain, qui sait, peut-être à nouveau au service de la communauté éducative, à faire le don, le don de soi, et puis bien sûr : plein de nouveaux protocoles. »

Tes réactions