ParentsProfs le Mag
Crédit : Xavier Rauffet
Ecole : le protocole sanitaire repasse au niveau 2 et sera envoyé à chaque enseignant avec des macarons

Ecole : le protocole sanitaire repasse au niveau 2 et sera envoyé à chaque enseignant avec des macarons

Dernière minute

Jean-Michel Blanquer a évoqué ce vendredi 11 février lors d’une conférence de presse « des allègements conséquents » du protocole sanitaire qui repassera dans une semaine du niveau 3 au niveau 2, « le temps que chaque établissement puisse s’organiser et anticiper son action, car je fais du directeur d’école mon essentiel, il me fait naître parmi les hommes, je fais de lui mon essentiel, celui que j’aimerai plus que personne » a déclaré le ministre en se levant et en dansant sur la mélodie d’Emmanuel Moire.

Avec ce nouveau protocole, baptisé par les équipes de la rue de Grenelle le protocole de l’amour et de la bienveillance, le port du masque ne sera plus nécessaire à l’extérieur mais restera obligatoire à l’intérieur pour les enfants de plus de 6 ans ainsi que les adultes qui en recevront un lot dès la semaine prochaine. « Nous adresserons ces masques FFP2 nominativement à chaque collègue dans une box personnalisée ornée d’une jolie étiquette, une copie du protocole sanitaire avec une licorne à colorier en couverture ainsi qu’une boite de 3 macarons dont un vanille framboise de Cyril Lignac, mais si on n’aime pas on peut changer, ceux à la pistache sont très bons aussi » a déclaré le ministre.

Pour faciliter la vie des parents, un seul autotest sera requis pour un élève qui se révèle être cas contact. De l’anticipation, plus de souplesse pour les familles, plus d’égards et de chaleur humaine pour les enseignants, le ministère de l’Education nationale semble avoir complètement modifié son mode de communication avec ce nouveau protocole.
« C’est parce que nous devons gagner ce combat » a déclaré Jean-Michel Blanquer en off de la conférence de presse. A un journaliste lui demandant si le pire de la crise sanitaire lui semblait être passé, le ministre de l’Education nationale a répondu : « Quand je parlais de combat à gagner, je ne parlais pas de la situation sanitaire dans les écoles mais de la réélection d’Emmanuel Macron. »

Tes réactions