ParentsProfs le Mag
Crédit photo : Ralf Treinen - Wikimedia
Covid-19 : Un boulier géant installé rue de Grenelle pour compter le nombre d’élèves positifs

Covid-19 : Un boulier géant installé rue de Grenelle pour compter le nombre d’élèves positifs

Le ministère avance un argument pédagogique.

Alors que Jean-Michel Blanquer a annoncé cette semaine la fin des fermetures de classe dès le premier cas de Covid, l’inquiétude monte chez les parents et les enseignants devant la propagation du virus dans les établissement scolaires. Dans une volonté de transparence, Jean-Michel Blanquer a fait installer dans la cour de l’hôtel de Rochechouart, siège du ministère, un boulier géant qui permet de dénombrer en temps réel le nombre de cas positifs recensés dans les établissements scolaires.

C’est à la fois pratique et pédagogique : il y a des jolies boules bleues pour les unités, d’autres pour les dizaines, a expliqué le ministre ce matin lors de l’inauguration de cet ouvrage de plus de 7 mètres de haut. On ne peut pas encore les déplacer mais ce sera pour bientôt. C’est en ce sens que ce boulier géant s’inscrit dans la même lignée que le protocole sanitaire à l’école, ça existe mais ça ne marche pas.
Un monument qui ne fait pas l’unanimité du côté du personnel et des syndicats, certains reprochant à Jean-Michel Blanquer d’appliquer une méthode M.H.M, Méthode Hasardeuse de Ministre.

Ce boulier est une manière de rappeler que l’école doit rester le lieu des apprentissages. Le ministre a d’ailleurs confié à Cédric Villani une mission sur l’enseignement des mathématiques en période pandémique. Il s’en est expliqué sur France inter : “Il a carte blanche. Il peut faire construire une balance de Roberval géante à Matignon ou exiger l’affichage d’une charte de la pédagogie Montessorienne dans chaque école. Avec mon protocole sanitaire où j’enferme 30 élèves dans une classe, j’ai prouvé que plus c’est gros, plus ça passe.”

En ce qui concerne le boulier géant installé rue de Grenelle, il s’agit pour le moment d’un exemplaire unique. Mais du côté des enseignants, force est de constater qu’ils sont nombreux depuis le début de la pandémie et du quinquennat à avoir les boules.

Tes réactions