ParentsProfs le Mag
Clac ta culture Pokémon

Clac ta culture Pokémon

Derrière les cartes et les jeux vidéos, des insectes dans des champs…

De la cour de récréation où elles s’échangent selon des règles bien définies jusqu’à une boîte collector valant 50 000 euros et ouverte par le youtubeur Michou au printemps dernier, les cartes Pokémon font partie de la licence la plus rentable du monde, devant Mickey ou Star Wars. Avec Elise Brahim, lectrice de ParentsProfs et le scénariste et dessinateur Stéphane Lapuss, on claque 5 infos sur un univers imaginé par un doux rêveur dans les hautes herbes japonaises.

C’est quoi ? Pokémon est une franchise japonaise où des créatures imaginaires peuvent devenir de plus en plus puissantes en remportant des combats. La légende veut que le créateur des Pokémons se soit inspiré de la carrière d’un enseignant qui à force de classes difficiles, conseils d’école le jeudi soir à 18 heures et autres terribles épreuves accède à la classe exceptionnelle.

Clac #1. Le papa des Pokémon est Satoshi Tajiri. Dans les années 1990, ce passionné d’insectes constate que l’urbanisation croissante au Japon laisse de moins en moins de place à la nature et rend de plus en plus difficile la chasse et la collection de libellules et autres scarabées. Satoshi Tajiri élevait des criquets chez lui et les faisait participer à des courses. Il s’est persuadé que ceux qui faisaient le plus de courses gagnaient de l’expérience et devenaient plus forts. C’est comme ça qu’il a conçu le système d’XP sur Pokemon : plus tu joues, plus tu gagnes en expérience.
Il développe ainsi l’idée d’un jeu vidéo où il faut capturer et montrer des créatures à ses amis. En 1996, Satoshi Tajiri propose son projet à Nintendo qui refuse. Heureusement, un célèbre plombier à moustache va lui venir en aide…

Clac #2. Merci Mario. Nintendo, l’entreprise japonaise spécialisée dans les jeux et consoles, était réticente à l’idée d’éditer les Pokemon. C’est Shigeru Miyamoto, le papa de Mario et Luigi, qui a demandé à la société de laisser une chance à Pikachu, Salamèche et les autres personnages du jeu. Alors que la franchise Pokémon fête cette année ses 25 ans, 368 millions d’exemplaires des jeux vidéo se sont vendus à travers le monde. Les Pokemon se déclinent également en série animée, films, application, jouets et bien sûr les célèbres cartes, vendues dans le monde à 30 milliards d’exemplaires.

Clac #3. C’est quoi ces noms ? Pokemon est la contraction de Pocket Monsters. Le nom du personnage principal de la franchise, Pikachu, est inspiré de deux onomatopées japonaises Pikapika (Etincelles) et Chuchu (souris). Peut-être parce que les Pokémons ont été imaginées dans la nature japonaise, les enseignants que l’on croise dans les jeux ou dans les dessins-animés portent des noms d’arbre : Professeur Chen, Sorbier, Platane ou Orme.

Clac #4. Attrapez-les tous ! En 2016, l’application Pokemon Go débarque sur smartphone et permet de chasser les créatures dans le monde réel grâce à la réalité augmentée. Parmi les nombreuses anecdotes autour du jeu et rapportées par Paris Match, deux joueurs californiens, le nez sur leur écran à la recherche de Pokémons, ont oublié de regarder devant eux et sont tombés d’une falaise. Toujours aux États-Unis, en cherchant des Pokémon sur son appli, une habitante de Riverton a découvert un cadavre dans une rivière. Bonne pioche.

Clac #4. L’éducation nationale, par la voix de la ministre de l’époque Najat Vallaud-Belkacem, a demandé en septembre 2016 à la société éditrice du jeu sur smartphone qu’il n’y ait pas de « Pokémons rares dans les établissements scolaires pour éviter les problèmes liés à la sécurité. » Le site Vousnousils rapporte que « les chefs d’établissements ont aussi été incités par la ministre à remplir un formulaire pour signaler et désactiver les créatures virtuelles situées dans leur école, collège ou lycée« .

Clac #4. Pendant le premier confinement, le Youtubeur Michou a ouvert une boite collector, l’une des premières distribuée en France, dans laquelle figurait de très vieilles cartes. Cette boite vaut 50 000 euros, ce qui donne déjà un bon aperçu de l’envolée du prix des premières cartes.

Clac de fin. Les Pokémons fêtent leurs 25 ans cette année. Deux nouveaux jeux vidéos sont attendus pour la fin de l’année 2021 sur Twitch. A 51 ans, leur papa Satoshi Tajiri, atteint du syndrome d’Asperger, continue d’être le producteur de cette franchise d’une valeur estimée à 100 milliards de dollars, imaginée il y a plusieurs décennies en chassant des insectes.

Toi aussi tu as une info à claquer ? Laisse la en commentaire. Tu veux préparer un article sur une œuvre ou d’un artiste ? Ecris-nous.

Tes réactions