Rendez-vous avec Linda devant la grille de l’école où elle est professeur des écoles. Grâce à elle, nous allons enfin savoir comment un enseignant occupe ses mercredis après-midi. Il est 11h45. Les cours viennent de se terminer. Départ imminent pour le domicile où Linda doit faire manger ses enfants.
« Pas si imminent que ça, parce que j’ai encore deux élèves dont les parents ne sont pas encore là. Mais ça ne devrait pas tarder ».
30 minutes plus tard, Linda est au volant de sa Modus. De maîtresse d’école, elle redevient maman. Petit moment d’intimité avec Alban, son fils, qui est dans la classe de sa collègue.
« Tu as des devoirs pour demain ?
– J’ai une leçon à apprendre en vocabulaire.
– Tu as pris ton cahier de vocabulaire ?
– Non. »
Niveau atteint sur l’échelle du lâcher-prise : 4/20

Après le repas, Linda emmène Alban à l’anniversaire de Thomas, son copain de classe. L’occasion pour notre enseignante de se changer les idées en bavardant avec quelques connaissances. Essentiellement des parents d’élèves :
« Vous savez si les CE2 iront à la piscine cette année ? »
« C’est vrai ce qu’on dit sur la fermeture de classe ? »
« C’est quand même pénible les horaires de la garderie le matin vous ne trouvez pas ? »
Niveau atteint sur l’échelle du lâcher-prise : 3/20 

La liste noire

A propos d’horaires, Linda est en retard. Elle se hâte d’aller à Canopé, la bibliothèque des enseignants, pour récupérer une série de livres pour sa classe. Dans le couloir, elle rencontre Brigitte, une collègue de l’école voisine, qu’elle salue par un classique : « Bonjour. Ça va ? ». Grave erreur. Brigitte fait partie de la liste noire, recensant les personnes à qui il ne faut jamais poser une question ouverte destinée à s’enquérir de ses nouvelles :
« Ça va… Ça va moyen je dirais. C’est toujours la course le mercredi. Moi les nouveaux rythmes scolaires je ne m’y fais pas. Et puis avec ces grilles d’observables en maternelle, je ne m’en sors pas. Rien qu’en photocopies j’ai dépassé mon quota. C’est pas compliqué, je passe plus de temps à évaluer qu’à faire classe. Pas toi ? Parce que moi faut voir… »
Linda, habituée des conversations ennuyeuses puisqu’elle est presque chaque jour de service à la récré avec ses collègues, tente de changer le sujet de la discussion, finement :
« Il y a beaucoup de monde aujourd’hui. Ça me rappelle le cinéma samedi dernier. Tiens à propos, tu as vu La La Land ? » Bien essayé, mais échec total. Brigitte n’écoute pas. Un enseignant n’écoute jamais quand on lui parle. En général, un professeur a une capacité de concentration sur un sujet ne le concernant pas directement inférieure à celle d’un élève de petite section sortant de la sieste.
Niveau atteint sur l’échelle du lâcher-prise : 2/20 

La théorie du 1er MAi

Sur le trottoir, Linda reconnait la maman de Lucas Garnier. Elle s’approche donc pour la saluer. Mais Madame Garnier tourne les talons et poursuit son chemin. Quelle étourdie cette Linda : Lucas n’est plus dans sa classe cette année. Pourquoi sa maman lui esquisserait le moindre début d’un rictus ? C’est la théorie du 1er mai. A partir de cette date, certains parents d’élève sont moins courtois alors que ceux de l’année scolaire suivante se montrent soudain d’une humeur badine et primesautière à votre encontre.
Niveau atteint sur l’échelle du lâcher-prise : 1/20 

Sans perdre de temps, Linda passe chez son garagiste pour lui faire écouter le bruit du levier de vitesse quand elle passe la troisième :
« Je peux vous prendre la voiture demain ma petite dame. Disons neuf heures ? Vous ne travaillez pas demain ? Si ? Une enseignante qui travaille ? [rire gras et con] Eh Paulo, écoute ce que viens de sortir à la dame… [rire con et gras]  »
Niveau atteint sur l’échelle du lâcher-prise : 6/20
 (Linda a balancé une clé de 12 dans la gueule du garagiste. En terme de lâcher prise et d’émotion positive, c’est moyen, mais par contre ça fait du bien)

Carrefour. Foule. Bruit. Consommation. Linda se donne 40 minutes pour remplir le caddie tout en appelant la maman de Thomas pour dire qu’elle sera en retard pour récupérer Alban. 5/20 ⇓ Arrivée à la caisse, Linda se rappelle qu’elle doit aussi acheter du coton pour sa séance de sciences demain. 4/20 ⇓ Sur le chemin du retour, Alban lui rappelle qu’il a des devoirs à faire pour demain, 3/20 ⇓ et qu’il doit préparer un exposé 2/20 
Bains, repas, lessive, corrections, préparation de la classe du lendemain 1/20, Linda se rend compte que cet article qu’elle a lu la semaine dernière sur l’échelle du lâcher prise est complètement con : les niveaux ne vont pas de 1 à 20. On peut aller largement en-dessous de 0. Elle s’en rend compte au moment du coucher quand Jérôme, son compagnon, lui dit :
« Je suis crevé. Vivement vendredi. J’aimerais bien, comme toi, avoir une demi-journée de libre dans la semaine. Histoire d’avoir un peu de temps pour moi, pour lâcher prise. »

On n’écrit pas que des conneries


Neuf à partir de: EUR 25,10 En stock
Votre commentaire avec Facebook
Partage cet article

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here