La journée, les professeurs parlent sans discontinuer de leur métier, de leurs élèves, de leurs cours et de leur inspecteur. Mais le soir venu, ils parlent de leur métier, de leurs élèves, de leurs cours et de leur inspecteur aussi. Plus qu’une passion, l’acte d’enseigner est un sacerdoce. Les plus extrémistes des enseignants, le genre de ceux qui chantent dans des chorales ou qui ont l’affiche du film Demain au-dessus de leur lit, vont jusqu’à suivre les préceptes diffusés par le kamasutra pédagogique. Voici quelques positions, appelées postures.

La descendante. Très en vogue jusqu’au milieu des années 60, la descendante est tombée en désuétude avec l’arrivée des pédagogies actives. Elle est souvent associée à la frontale dans le sens où toutes deux exigent des participants qu’ils avalent beaucoup d’informations sans pour autant être associés au processus.

La constructiviste. Elle s’oppose à la descendante, et consiste à faire monter petit à petit le désir pour arriver jusqu’au bout.

L’individuelle. Pratique pour développer l’autonomie, elle s’avère également efficace pour développer des compétences liées à la motricité fine.

L’inversée. « Flipped position » est un mouvement nord-américain qui tend à se développer en Europe. Il consiste à inverser les rôles du prenant et de l’apprenant. Notons cependant qu’il nécessite une préparation longue et une réelle confiance entre les partenaires.

L’explicite. Proche du tantrisme, l’explicite consiste à décrire ses objectifs et à détailler la mise en oeuvre de son projet pour mieux associer l’ensemble de ses partenaires. On a beaucoup reproché à ce courant de n’être que dans la verbalisation et très peu dans l’action. En général, les praticiens de l’explicite recourent également à l’individuelle.

La différenciée. Pour se développer, il est nécessaire de multiplier ses pratiques et de trouver ainsi la voie la plus favorable pour atteindre son épanouissement. Si chaque parcours est différent, le but ultime est de trouver le point C. C comme compétences.

L’hypothético-déductive. À l’opposé de la frontale (voir ci-dessous), cette position joue la carte de la participation de tous. Elle invite les partenaires à donner leur avis, à émettre des hypothèses, à les vérifier lors d’expériences puis à travailler sur des affiches pendant des heures. Les critiques reprochent la surabondance de préliminaires pour un résultat qui, au final, sera toujours le même.

La frontale. Franche, sans ambages, elle mène directement au but recherché. Elle est efficace pour donner des informations qui n’appellent pas de débat, mais montre toutes ses limites si un des partenaires a un doute qui l’habite.

jean-jacques débarque en librairie


Neuf à partir de: EUR 6,00 En stock
Votre commentaire avec Facebook
Partage cet article

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here