08:30 Tu demandes aux élèves de se ranger devant la porte avant de rentrer dans la classe. Ils crient. Tu leur expliques qu’on ne rentrera pas dans la classe s’il y a du bruit. Ils crient. Tu les fais rentrer dans la classe.
08:32 Julia t’offre un cadeau. Tu l’ouvres. C’est des coquillages en chocolat. Tu dis merci.
08:33 Elio t’offre un cadeau. Tu l’ouvres. C’est un mug avec des chocolats. Tu dis merci.
08:34 Hugo, Simon, Mylène et Rania t’offrent aussi un cadeau. Tu ne les ouvres pas dans l’optique ignoble de les offrir à ton tour à tes voisins de palier, ton arrière grand-mère et ton facteur. Tu te fais honte.
08:40 Tu expliques qu’aujourd’hui on ne va pas beaucoup travailler, mais que tu as quand même prévu de corriger la dictée dans le cahier du jour.
Flavie te fait remarquer que tu avais dit hier qu’on ne travaillerait pas aujourd’hui. Louis souffle de rage, Lindsay beugle, Karim ronchonne et les autres protestent en criant. La fronde n’est pas loin.
08:41 Tu expliques aux élèves que si la dictée n’est pas corrigée, le père Noël ne passera pas.
08:41:30 Silence religieux dans la classe. Tout le monde travaille. Tu n’es pas fier d’utiliser de tels stratagèmes manipulatoires, mais force est de constater que ça fonctionne. Alors tu te dégoûtes, mais seulement un peu.
08:48 Tu tentes d’obtenir un semblant de concentration chez les élèves, et commences la correction de la dictée d’hier sur le son [j].
08:51 On frappe à la porte.
« C’est le père Noël ! » crie Léna.
Tout le monde crie.
La présidente des parents d’élèves rentre dans la classe, s’excuse pour le dérangement, et demande à quelle heure elle peut venir annoncer les gagnants du concours de dessins de Noël, parce qu’elle ne veut pas déranger.
Tu réponds qu’elle peut venir quand elle veut.
Elle te dit qu’elle ne veut pas déranger.
Tu réponds que de toute façon c’est une journée un peu particulière aujourd’hui.
Elle sourit niaisement.
Tu souris niaisement.
08:54 Les enfants crient à nouveau. Tu abandonnes ta correction de dictée, projet par trop ambitieux, et propose de faire un dessin. Tout le monde crie de joie.
08:56 Après être allé chercher au plus profond de toi ce qu’il te reste de force, tu as réussi à calmer les élèves. Ils dessinent. Un sapin, un bonhomme de neige, une voiture… peu importe puisque de toute façon les feuilles finiront dans le sac de tri après la classe.
09:12 On frappe à la porte.
« C’est le père Noël ! » crie Léna.
Tout le monde crie.
Sylvie, ta collègue de CM1, vient te prévenir que toute l’école se retrouve dans le hall pour aller écouter la chorale du cycle 3.
Tu dis aux élèves qu’on va aller écouter la chorale des grands. Ils crient. Ils ne savent pas pourquoi, mais ils crient.
09:21 Tes élèves s’assoient par terre dans le hall. Puis se relèvent parce qu’il faut laisser la place aux moyennes sections qui viennent d’arriver. Tout le monde crie.
09:24 Patrick fait remarquer à Valérie qu’elle est toujours en retard avec sa classe et que c’est pénible. Valérie lui rétorque qu’au moins elle, elle n’est pas en retard dans la cour quand elle est de service. Tu te mêles de la conversation en expliquant que pour la troisième fois cette semaine, Manue n’a pas fait son service, et qu’en plus elle ne vient pas au repas de Noël. Najet complète avec un bien senti : « Elle se la joue perso. »
09:29 Kyllian vient dire que Louis a dit un gros mot.
Tu réponds à Kyllian qu’en ce jour de Noël à l’école, tout le monde se doit d’être amical et chaleureux avec ses camarades.
11:29 Après avoir écouté la dégoulinante chorale de Noël, rendu les si jolis dessins de Noël et surveillé une récréation où la moitié des élèves porte un bonnet de Noël qui clignote, tu te demandes si tu ne ferais pas une allergie à Noël.
11:45 Au restaurant avec tes collègues, tu commandes une bière de Noël. Pour oublier à quel point leur conversation est aussi ennuyeuse qu’un parcours laïcité sur Magistère, tu commandes une deuxième bière de Noël. Rouge, ballonné, et sentant tes fonctions motrices faiblir, tu arrives bel et bien à la conclusion que tu fais une allergie à tout ce qui se rapporte à Noël.

13:32 Retour à l’école. Cour de récré.   
13:52
Retour en classe. Tu expliques aux enfants que c’est le moment regarder un dessin-animé au T.N.I. Tu proposes de choisir entre Les Minions, Les Schtroumpfs ou Ma vie de courgette. Ils crient.
Jordan dit qu’il a le DVD des Minions à la maison.
Tout le monde crie : « Moi aussi »
Bilal dit qu’il a le DVD des Schtroumpfs à la maison.
Tout le monde crie : « Moi aussi »
Alban dit qu’il a le DVD de Ma vie de courgette à la maison.
Silence

Tu te rappelles que les parents d’Alban sont profs.
14:02 Tu choisis le film des Minions parce que c’est celui qui dure le plus longtemps. Tu vas t’asseoir à ton bureau, un peu honteux de sombrer dans des activités occupationnelles aussi médiocres, mais tellement content de pouvoir souffler un peu.
14:21 Tu commences à calculer les taux de présence de ton registre d’appel quand soudain… plus de son, plus d’image. Les plombs ont sauté. Les enfants crient.
14:22 Tu sors dans le couloir et croises le papa de Kyllian qui te dit qu’ils ont branché trop de moules à gaufres et que « ça a pété. Ben tout d’manière, j’l’avais dit qu’il fallait faire les gaufres dans le gymnase, mais bon aujourd’hui on peut pas, rapport au club de marche nordique qui fait son A.G. alors bon comment vous voulez qu’on fasse ? »
14:24 Tu rentres en classe, et constatant que l’électricité est revenue, tu reprends la lecture du film au T.N.I. Tu retournes calculer tes taux de présence.
14:33 On frappe à la porte.
« C’est le père Noël ! » crie Léna.
Tout le monde crie.
Le père Noël rentre avec la présidente des parents d’élèves. Grand silence.
Chut chut plus de bruit.
14:38 Tu te dis que toi aussi, tu aurais dû enfiler un pyjama rouge et des bottines à la con pour avoir un semblant d’autorité sur les élèves aujourd’hui.
En regardant le père Noël distribuer à chaque enfant un livre dont tu ne connais ni l’éditeur, ni l’auteur, et qui n’est même pas vendu chez Noze, tu réalises avec délectation que la fin de la journée approche.
14:50 Tu sens monter en toi l’envie que tout soit fini, le désir du partir, le bonheur d’aller voir ailleurs. Alors tu regardes le père Noël, tu lui souris niaisement.
Tu regardes la présidente des parents d’élèves. Tu lui souris niaisement.
Elle te sourit niaisement, puis te dit : « On fait le marché de Noël du périscolaire juste après la classe. Il y aura tous les parents. On vous y attend ? Tous vos collègues viennent. »

Invite tes amis à nous rejoindre sur Facebook
(Clique sur Partager)

On existe aussi en librairie !


Neuf à partir de: EUR 11,95 En stock
Votre commentaire avec Facebook
Partage cet article

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here